Accueil > Palestine > Formations à l’animation volontaire > Formation à l’animation volontaire Abu Dis (octobre - novembre (...) > Abu Dis 27 oct 2013

Abu Dis 27 oct 2013

Publié le dimanche 27 octobre 2013

On doit faire un joli tableau tous les 5, vautrés dans les fauteuils que Wallid a installé sur sa terrasse,
chacun penché sur son ordi ou sa tablette, il faut dire que c’est le seul endroit où on capte...
Wallid, c’est notre voisin, c’est lui qui nous loue la maison où nous avons posé nos sacs hier soir.

J’ai repris le salon où je dormais il y a deux ans, avec vue sur LE MUR , juste là, gris, moche, dix mètres de haut,quelques graffitis … Gaëlle a pris la chambre royale du fond, Josias et Fred la chambre des enfants envahie de peluches et de barbies, Catherine squatte le salon par où on rentre dans la maison .
La déco de la maison est toujours aussi kitsch le filet d’eau tiède qui tombe de la pomme de douche est toujours aussi rare, mais on va survivre.
Actuellement, ce qui nous préoccupe, c’est la question toute bête de quelle heure il est ??? A nos montres françaises :9h45, (mais ç’est passé à l’heure d’hiver donc pour vous c’est 8h45. A Jérusalem, de l’autre côté du mur, il est 1Oh 45 (décalage horaire) Question : Qué hora es en Abu Dis mi Corazon ? En tous cas il est moins le quart de quelquechose, et si la mosquée nous dit ce qu’il faut penser ou ne pas dire, elle ne donne pas l’heure !!! On a rendez vous avec le Maire à 11h, mais on ne sait juste pas quelle heure il est !!

Hier soir, Mira la fille ainée de Wallid nous a apporté un super plat poulet riz légumes épices amandes … délicieux ... ils ont un sens très aigu de l’accueil .
Petite ballade dans Abu Dis by night . Une fois sortis de la maison, on descend une rue défoncée bordée de conteneurs/poubelles où brûlent les détritus , on longe le camp militaire pour rejoindre une des artères principales de la ville.Les boutiques sont ouvertes, les jeunes traînent, les filles en groupes, les garçons en paquets,voitures et scooters se croisent dans le bruit et les gaz d’échappement, mais où vont ils tous ??? il n’y a rien à faire le soir à Abu Dis, et nulle part ailleurs où aller... Difficile pour notre petit groupe de passer incognito : on croise Ali (le jeune danseur qui est venu à Rezé en avril dernier) qui nous présente Tarek, un peu plus loin on tombe sur Dr Abdhallah, puis sur Yesan, un jeune volontaire avec qui j’avais bien branché il y a 2 ans … on termine avec eux cette longue journée autour d’un thé à la menthe .

On est donc dimanche, moins le quart de quelquechose, Atef passe nous prendre avec sa vieille kangoo.Les retrouvailles sont chaleureuses, et à notre question de comment ça va, il répond que c’est de pire en pire.
Nous sommes accueillis en mairie par Nisreen et des élus du conseil local. Le maire nous rejoindra plus tard. Sont également présents William, Ahmad , Nadim et Sami qui « enseignent » la musique, la danse et les arts plastiques. Ali et Yésan sont là également.Et bien sûr Mounia, notre interprète.
Discours de bienvenue, prises de paroles diverses puis tout ce petit monde nous embarque pour une première approche de l’occupation sur le terrain.
D’abord ce tas de ruines,c’était hier encore une maison construite trop près du mur selon les autorités israéliennes, destruction qui a donné lieu à des échanges violents, pierres contre lacrymos, barrages et bastons ...Puis un peu plus loin, une seconde maison menacée car trop près du mur elle aussi … le MUR , partout le MUR, énorme serpent sinueux qui nulle part n’est aussi haut qu’ici ….Et là, des trous dans cette Monstruosité, des trous dérisoires, à peine ébauchés à coups de masse pour crier la haine ..
Le Maire nous a rejoint et nous emmène dans un restaurant, longue tablée conviviale et polyglotte, puis on atterrit au Centre Culturel.
William nous y attend, entouré d’une quinzaine d’enfants, tout le monde s’assoit pour de nouveaux discours de bienvenue, mais la musique attendra car le muezzin appelle à la prière.
Après cet intermède,nous avons droit à une bonne heure de concert de oud,derbouka , batterie et chant mais à notre grande déception, les enfants ne sont pas invités à pousser la chansonnette.... Dommage !
On enchaîne avec un temps de travail sur le planning de la semaine à venir et on cale rencontres et sessions de travail.
17h, la chaleur fait place à un petit vent frais. Le Maire nous invite à déambuler dans la partie vieille de Abu Dis, et nos pas nous mènent jusqu’à la maison de la famille de Yésan. On y reste une heure et demie à écouter le Maire nous parler de l’occupation militaire et des prisonniers.Le petit frère de Yésan , 14ans, a visité les geôles israéliennes comme tant d’enfants et de jeunes palestiniens

La fatigue nous gagne, on fait quelques courses et on rejoint la maison pour un long débriefing informel.
On a tous les cinq l’impression d’avoir fait 3 journées en une tellement c’était dense. Donc … rideau.

CEMEA Pays de la Loire - 15 bis allée du comandant Charcot - 44000 Nantes - 02 51 86 02 60 SPIP | réalisé et hébergé par les CEMÉA Pays de la Loire | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0