Accueil > Tunisie > Volontariat > Volontaires Tunisie 2014 > Tous les endroits ont leurs merveilles

Tous les endroits ont leurs merveilles

Publié le mardi 1er avril 2014

C’est toujours honteux de l’admettre, mais on a des clichés en tête avant découvrir un endroit. Les clichés sont souvent un mélange étrange d’images très spécifiques (« Vous chassez les lions au Cameron, c’est ça ? », comme le dit un ami tunisien à un étudiant camerounais de passage) et de représentations très très vagues (le désert, les palmiers, les chameaux ; c’est probablement ce qui me venait à l’esprit concernant la Tunisie avant de venir ici).

On a ses clichés, et puis on vient vivre quelque part. Ce soir, j’avais envie de prendre l’air et j’ai décidé de m’installer tranquillement sur le toit de mon immeuble, à Gafsa. C’est le coucher de soleil et j’ai autour de moi une vue périphérique de la ville.

Il y a les toits, qui sont ici des pièces à part entière, avec chauffe-eau solaire, fil à étendre le linge et chaises de jardin. Sur le toit des voisins, il y a trois chats qui me regardent avec un air interrogateur : je suis nouveau ici, ils ne m’avaient encore jamais vu. Il y a les arbres fruitiers plantés dans le jardin, qu’on ne voit pas depuis la rue parce que les jardins sont entourés de hauts murs dans ce quartier plutôt bourgeois. Il y aussi des oiseaux, beaucoup d’oiseaux qu’on entend sans toujours les voir. A voir cette ville tout en briques et en ciment, on ne croirait pas qu’elle héberge autant de vie. Il y a les minarets, d’autant plus hauts et élégants que les mosquées elles-mêmes sont intégrées naturellement dans le quartier, sans le côté magistral et isolé que peuvent avoir beaucoup d’églises en France.

Surtout, plus loin, il y a les montagnes. Elle sont surprenantes, parce qu’elles ne sont pas forcément très hautes, pas plus hautes que certaines collines, mais elles se découpent clairement dans l’horizon, avec leurs pentes droites et leurs pierres rouge-orangées. On les voit d’autant plus que le reste de la région qui entoure Gafsa est très plat : peu de bosses et de creux, tout est à peu près au même niveau.

J’aurais des milliers de détails à ajouter : la lumière très particulière du soleil rasant, les rues étroites qui donnent l’impression de pénétrer dans un nouveau labyrinthe à chaque intersection, le vent qui fait se sentir dans un endroit large et aéré, ... Pour moi, les merveilles de chaque endroit, ce sont tous ces éléments, toutes ces choses auquel on ne pense pas avant de venir découvrir et qui font la réalité bien particulière d’un quartier, d’une ville, ou d’une région.

Les lieux, c’est comme les gens : on ne les trouve jamais beaux pour les raisons auxquelles on aurait pensé avant de les rencontrer.

CEMEA Pays de la Loire - 15 bis allée du comandant Charcot - 44000 Nantes - 02 51 86 02 60 SPIP | réalisé et hébergé par les CEMÉA Pays de la Loire | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0