Accueil > Palestine > Palestine ici et ailleurs > Volontaires Palestine 2014 > Une journée à la mer morte (presque) parfaite !

Une journée à la mer morte (presque) parfaite !

Publié le mercredi 18 juin 2014

En tant que volontaires à Keffiyeh Center nous avons la possibilité de découvrir la Palestine avec les volontaires de l’association. Première destination pour nous : Jéricho et la Mer Morte.

Vendredi 13 juin nous avons rendez-vous à Keffiyeh. Nous prenons la route dans un mini-bus en mode colonie de vacances (sans mauvais jeu de mots). A bord, un joyeux mélange culturel franco-italo-palestinien ! L’ambiance est décontractée, nous profitons du magnifique paysage qui s’offre à nous. Les montagnes arides s’entremêlent dans la vallée qui mène de Naplouse à Jéricho.

Le superbe spectacle et le sentiment de liberté qui l’accompagne laissent rapidement place à l’incompréhension et la colère... Alors que nous passons un check-point peu de temps avant d’arriver à Jéricho, un policier israélien fait signe au chauffeur de s’arrêter. Le policier commence à faire plusieurs fois le tour du véhicule. Il semble l’inspecter comme s’il cherchait absolument une faille, la faille qui lui permettrait de nous faire perdre du temps et de nous mettre une amende. C’est ce qu’ A., l’un des copains palestiniens, m’a d’ailleurs confirmé. Quand je lui demande ce qui se passe il me répond avec un brin de résignation : « He wants to find something, it’s always like that ». Il m’explique aussi que les soldats israéliens sont « better » par rapport aux policiers israéliens car les premiers vérifient uniquement les passeports, alors que les seconds inspectent les véhicules. Les véhicules palestiniens uniquement, les israéliens, quant à eux, passant sous nos yeux sans être arrêtés.

Après avoir été arrêtés une vingtaine de minutes et avoir écopé d’une amende de 250 shekels (environ 54 euros) nous continuons notre route en direction de Jéricho. Mais une quinzaine de minutes plus tard, nous sommes à nouveau arrêtés sur le bord de la route, cette fois-ci par un check-point mobile. Les jeunes (très jeunes) soldats nous demandent nos passeports, enfin uniquement ceux des copains palestiniens. Le sentiment d’injustice et d’humiliation m’est alors insoutenable.

Les garçons ne semblent pas vraiment porter attention à ces deux arrestations, qui leur sont malheureusement tellement quotidiennes. Mais moi, avec ma naïveté et ma sensibilité, je ne peux pas m’y habituer, je ne pourrai pas m’y habituer et je ne veux pas m’y habituer.

Arrivés enfin à la Mer Morte, les difficultés continues. Le site est exploité par les israéliens qui font payer l’entrée 55 shekels par personne, soit environ 12 euros. Alors que nous nous présentons au guichet, l’accès nous est refusé. Le réceptionniste (qui est lui aussi palestinien) ne veut pas nous laisser entrer, évoquant le fait que seules les familles sont autorisées. Argument erroné puisque nous constatons ensuite qu’il y a de nombreux étrangers en couple ou entre amis, sans enfants. Finalement, nous entrons. Sans que je ne comprenne pourquoi la situation bascule en notre faveur. Le réceptionniste conserve tout de même les passeports des copains palestiniens, uniquement les leurs encore une fois, sans aucune raison valable.

Le fait que les soldats ne demandent pas les passeports des internationaux exacerbe l’injustice dont sont victimes les palestiniens. En pratiquement un mois, j’ai déjà été confrontée quatre fois à cette situation, à chaque fois, la même colère m’envahit.

On pourrait croire que ce vendredi 13 ne nous a pas porté chance mais ce que je comprends c’est qu’il y a beaucoup (trop) de vendredi 13 pour les copains palestiniens et les autres qui ne peuvent pas se déplacer librement sur leur terre.

Malgré toutes ces barrières mises sur notre route pour nous baigner à la Mer Morte et profiter de ce paysage magnifique, les garçons ont gardé le sourire comme toujours. Ce fut une magnifique journée, une des plus belles depuis que je suis ici, pleine de rires et de partage.

CEMEA Pays de la Loire - 15 bis allée du comandant Charcot - 44000 Nantes - 02 51 86 02 60 SPIP | réalisé et hébergé par les CEMÉA Pays de la Loire | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0