Accueil > Palestine > Palestine ici et ailleurs > Service Civique International 2012-2013 > Suivi SCI 2012-2013 > Projet d’accompagnement des volontaires

Projet d’accompagnement des volontaires

Publié le vendredi 1er mars 2013

C quoi ça ?

Cet écrit vise à faciliter notre travail, nous souhaitons y expliciter nos intentions et objectifs, des éléments du contexte et notre démarche d’accompagnement.
C’est un document en travail, à visée collective. Son but premier est de nous permettre d’étoffer notre réflexion, de la rendre claire et d’améliorer notre accopagnement

Méthode de taf :

clarfier les objectifs/intentions, cf : pourquoi, dans quelle intention ? Cela pourra-t-il être autrement, pourquoi ? Faire l’histoire de l’idée défendue
expliciter les moyens/indicateurs, cf. : moyen de la mettre en place, quand je suis dans cette situation je fais quoi ou je pense à quoi pour résoudre... « pour cela nous allons ... »
expliciter les processus/schémas permanents

Nos intentions/Nos principes

cf. charte internaitonale des CEMEA
projet associatif régional / positionnement /actes
+ …

Nos principes d’éducation populaire

Les jeunes seront au cœur du projet dans la mesure où il s’agira de partir de leur niveau de connaissances et de leur relation au processus d’apprentissage. Des temps de formation leur seront proposés. Cela afin de leur permettre d’investir pleinement le projet en facilitant la production d’une restitution de leurs expériences sur un support de leurs choix.

Une pédagogie du questionnement :
Le volontariat visera à traiter la complexité : aller au-delà des stéréotypes, des raisonnements faciles qui ont tendance à classer, à ranger les idées « dans des tiroirs » et ce, au delà des apparences. Le projet doit permettre aux jeunes de découvrir et prendre conscience de ce qui est caché, de ce qui se vit, dans les différents fonctionnements sociaux.

Une pédagogie du collectif :
Une attention particulière sera apportée à l’accompagnement du groupe du point de vue de sa dynamique et de ce que la mobilité physique peut engendrer sur le plan psychologique.

Constats

Contexte palestinien et impact sur : vie quotidienne, vie associative, volontariat...
La situation d’occupation fait qu’un projet ne commence vraiment que quand les personnes sont présentes sur le territoire. De même, l’occupation implique une temporalité spéciale : maitrise du temps, urgence, projection... Pour ce projet les associations sont averites de l’arrivée des volontaire mais le travail ne pourra débuter que sur place. Nous bénéficions cependant d’une histoire commune autour du volontariat sur laquelle nous pourrons nous appuyer.

Problématiques repérées

Nos objectifs

Favoriser le collectif

Nous souhaitons prendre en compte chacune des personnes du groupe, favoriser la cohésion entre les personnes, impulser un foncitonnement d’entraide, de portage et considérer la vie de groupe comme un espace facilitateur plus que limitant.

Opérationnalistation
a) passer du collectif à l’individuel : démarche d’immersion au départ + processus général des 3 mois

b) passer de l’individuel au collectif : espace de restitution de ce qui s’est vécu seul, réunion de colloc dans les guest house... = organiser une vie collective par des temps institutionnels, mettre en place des règles de vie et éclaircir les cadre de base (cf. annexes)
question : quel lien entre les gusthouse ?
Idée d’outils de partage : parole, affichage, web, rituels types : « je t’invite à » + invention d’outils avec le groupe

c) Prendre en compte les singularité de chacunE
âge...

d) en tant qu’accompangant, ne pas se rendre indispensable : le penser dès le départ, petit à petit accompagner les volontaires à se férer par eux mêmes, pour cela retransmettre le cadre et les enjeux, proposer des manières de faire pour permettre aux personnes de se les approprier
De plus nous pensons strcuturer les temps en groupe et leur proposer petit à petit de les mener : odj, à construire ensemble, permettre à tout le monde de l’expériementer...

Accompagner à la prise de repère

Prise en compte des besoins de chacunEs, du contexte duquel ille vient, du contexte de l’action..

Opérationnalisation :
a) Prendre en compte les ruptures :
arrivée, … premiers moments seuls..

ou a) formaliser le débuts et fins
outils : atelier d’écriture..
gérer le retour/atterrissage
en faire le bilan

B) Retransmettre le cadre et sa logique : expliquer ce que l’on propose en ressituant l’histoire (la base du pourquoi), l’intérêt que nous y voyions ainsi que les points de faiblesse et la problèmatique que cela donne pour le groupe (ex : le projet se situe dans le cadre de coopération décentralisé, nous avons donc un financement des mairie et certainEs d’entre vous doivent résider plus de temps sur certains lieux du à ces coopérations ; nous y voyions un intérêt sur ce que cela peut produire en terme de coopération et d’échange humain qui dépasse les liens institutionnels et une difficulté sur votre accompagnemetn et la palce de vos envies... pour nous en tant que groupe, cela va poser la question suivantes : comment ne pas être segmenter en fonciton des endroits d’ou nous venons ? Quel sentiment d’équité pour les personnes qui doivnt être sur un lieu et ceux ou cela est moins clair ?)

b) Mettre en place une immersion progressive
première renonctres avec les partenaires en groupe
possibilitié d’aller avec une personne avec qui on s’entend mieux

c) prendre en compte les besoins et envies dans le projet
choisir une association en fonciton de ses envies

d) Non classé
décrire ce que l’on voit, porter une analyse dessus : « comment les gens s’habillent, se déplacent ? » « quels sont les mœurs, qu’est ce que j’en vois ?)
comment faire pour cntinuer à voir ?

Placer le projet dans une continuité/faire fil commun

À plusieurs niveaux :

  • les organisations : ce projet s’inscrit dans une histoires d’échanges de plueisuers année et vient la renforcer.
  • les jeunes : lien entre les parties du projet en france et en palestine, mais aussi avec la vie avant et après
  • les territoires : coopérations décentralisées, centre en place..

Travailler un projet

Avoir un portage collectif du projet
Notament franco palestinien. A minima au départ avec Leylak, HS et koffieh

Par étapes :

  • impliquer les partenaires paestiniens : par skype, par traduction des documents en anglais, par invitation de wajdi sur formation (et peut être sa place dans l’accueil en palestine). Par rencontre des partenaires au début du projet et discussion, réexplicitations
  • prendre en compte le contexte palestinien et l’histoire des relatoins europe/palestine
  • passer de l’implication au co-portage : idée d’utiliser des prétexte pour se mettre au travail ensemble ( on repère en effet qu’il peut être compliqué de juste se réunir et parler accompagnement pendant une après midi) ; levier : écrire une charte d’accompagnement, faire une jouréne d’étude autour du volontariat...

Shouayye shouayye, zoom sur Comment ça se passe étape par étape ?

A - L’arrivée
intention :
se sentir à l’aise
prendre ses marques

Mise en place

1 – Se sentir à l’aise
Prendre le temps d’arrivée, pour cela passer quelques jours à Jérusalem
Poser des espaces de paroles : poser des temps de discussion sur ce que l’on a vécu : arrivée à l’aéroport, premières ballades et perception
Prendre en compte les questions de genre : mettre en place des en groupe non mixte
Référence
travail d’indicateur

2 – Prendre ses marques
durant les espaces de paroles et autres, faire émerger de questions
Alterner des temps en groupe (pti/gros) et en individuel : découverte de lieux, répondre à des besoins de la vie quotidienne : achat bouffe collective, rasoir/savon/... pour soi (ceci étant pensé comme transférable à d’autres lieux)
Référence
travail d’indicateur

B – Découverte

C – Immersion

D – Stage

E – Préparation au retour

Annexes

On trouvera ici des documents supports pour aller plus loin dans la compréhension mais aussi pour synthétiser des points aborder ci-dessus.

1 – La référence

Question à traiter : comment ? Qui ?
On repères à ce jour différents niveaux de références :
projet globale des 6 mois
territoire, dont d’habitation en palestine : nord et sud
en focntion de la nature du projet et des compétences/envies
en fonction de problématiques précises : genre..

intention : l’impulser dès le départ, dès le début du projet en France puis dès l’arrvée.
Nous proposons une référence de départ tout en sachant qu’elle est évolutive en fonciton de ce qui se passera dans le groupe et entre les personnes

intention : que la référence puisse se vivre sans nous, que nous ne soyons pas les seulEs référentEs

2 – indicateurs et évaluation
Afin de pouvoir voir où nous en sommes, de ne pas passer à côté d’une chose importante prévue, de réguler si il se doit et d’avoir le sentiment d’avancer (production/valorisation), mais aussi pour avoir des repères, nous pourrions travailler des indicateurs.
Ex :
intention : prendre des repères :
indicateurs : j’ai pu rentrer à l’auberge seulE, j’ai acheter un objet seulE, j’ai pu demander ma route avec quelqu’un, j’ai...


3 – Les règles de départ/Cadre du projet

Si je viens sur ce projet j’accepte :

  • d’être présent aux temps de paroles formels (pas seulement ceux proposé par l’équipe, mais aussi ceux institué par le groupe durant le projet / ex : au bout de qq semaines, nous ne serons pas présent sur les réunions vie coll des guesthouse)
  • respect des coutumes locales : pas alcool dans rue...
  • respect des règles des lieux dans lesquels nus serons
  • cadre de travail : 24h + congés
  • la restitution du projet du SCI vers d’autres
  • passer du temps dans la ville de coopération (pour favoriser les lien entre les territoires)

Si je viens sur ce projet je pourrai :

  • avoir des rencontres individuelles quand j’en ai besoin
  • connaître le cadre : clarté des contraintes, de ce que je dois faire
  • ne pas être lâché sur le territoire
  • avoir une explicatoin des enjeux et des problématiques

Nous avons aussi réfléchit aux différentes sources de conflits, de problème avec le cadre général, voir le tableau de catégorisation en document joint.

À partir de quand nous avons besoin de faire des retours vers la france :

  • pour prendre du recul
  • car info doit être communiquée
  • pour le travail en équipe et suivi des jeunes

Quel cadre pur une exclusion/ point de non retour jeune/projet ? Pistes :

  • dangereux pour soi : quels indicateurs ?
  • mise en danger autres / rapports au territoire : quels indicateurs ?

4 – Synthèse de notre rôle d’accompagnantEs

Voir tableau de référence dans document joint

Notre travail collectif :

indicateurs :

  • nos envies
  • nos compétences
  • notre disponibilité : géographique ; rapport à nos autre projets
  • notre portage collectif : travail binôme, transmition de compétence, prise de recul...

Documents joints

CEMEA Pays de la Loire - 15 bis allée du comandant Charcot - 44000 Nantes - 02 51 86 02 60 SPIP | réalisé et hébergé par les CEMÉA Pays de la Loire | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0