Accueil > Palestine > Palestine ici et ailleurs > Volontaires Palestine 2014 > Bienvenue à Laylac !

Bienvenue à Laylac !

Publié le samedi 12 juillet 2014

Laylac, c’est le nom d’une couleur... Ni rose, ni violet, c’est Laylac ! C’est aussi le nom de l’association dans laquelle je suis depuis le début de mon volontariat. Dans un camp de réfugiés qui plus est, rien de mieux pour comprendre ce qu’est le quotidien ici, le fait de ne pas avoir de travail, le fait de se construire dès le plus jeune âge avec un ennemi : l’armée israélienne qui vient régulièrement pointer son nez et ses soldats pour quelques arrestations ou juste pour montrer que même en territoire palestinien, ils considèrent être ici chez eux...

Mais avec un peu de motivation, on peut tout y faire à Laylac. Pour preuve, on est en train de réfléchir à mettre en place un tournoi d’échec avec Émilien l’autre volontaire français dans l’association en découvrant au fil de parties que ce jeu est plutôt populaire chez les volontaires.

A Laylac, le quotidien est agréable, il y a toujours du passage. Des gens accueillants, toujours prêts à te poser une question pour discuter avec toi, pour savoir ce que tu penses du conflit, de la Palestine, de leur quotidien... Bien sûr que je suis heureux ici, la question n’en est pas vraiment une tellement la réponse semble évidente. Et puis, c’est réciproque, ils sont tous prêts à te donner leur avis si tu prends la peine de leur demander.

Une vingtaine ou une trentaine de volontaires... On sait pas trop puis on ne peut pas vraiment savoir, il y en a qu’on découvre au bout d’un mois ici alors quand j’y aurais passé 9 mois, je n’ose même pas imaginer. Ce sont dans l’ensemble des jeunes : de 15 à 28 ans ; il y a aussi quelques salariés plus âgés et Naji, le directeur de l’asso reconnaissable à sa moustache parfaitement taillée qui couvre tout l’espace entre son nez et sa lèvre supérieure. Une grande famille de militants.

Je les appelle militants parce qu’ils le sont. Simplement parce que l’ensemble des activités qu’ils organisent sont liées au combat pour la libération de la Palestine. L’objectif de l’association est bien de faire en sorte que les jeunes s’investissent dans la société. Quand ils organisent des jeux, ils en profitent pour discuter du droit imprenable de jouer et du fait que même si tu te construis dès le plus jeune âge différemment sous l’occupation, tu dois pouvoir jouer. Bref, tu as le droit d’être un enfant... Ils organisent des campagnes sur le droit à la santé dans le camp, sur l’histoire de ce dernier... On est même allé nettoyer le cimetière des Martyrs avec les jeunes du camp. Cet aspect politique de l’association donne du sens à ses activités.

Mais il pose aussi problème, un problème financier surtout ! Parce qu’ici on ne veut pas de n’importe quelle subvention et surtout pas de celles qui t’obligent en contrepartie à ne pas soutenir la résistance palestinienne. Alors tout le monde l’avoue, on manque d’argent. On ne paye pas les salariés tous les mois, on remet les projets d’achat à plus tard et on fait avec le matériel qu’on a... Avec la solidarité et l’aide des volontaires, on s’en sort. Mais cette situation s’aggrave et aujourd’hui l’association a du mal à survivre. Elle en appelle à la solidarité internationale, à ceux qui soutiennent la lutte du peuple palestinien. Elle en appelle aux dons, mensuels de préférence, pour s’organiser sur le long terme alors ce texte s’adresse à toi parce qu’il est écrit pour être lu mais aussi parce que nous existons grâce à la solidarité !

C.

CEMEA Pays de la Loire - 15 bis allée du comandant Charcot - 44000 Nantes - 02 51 86 02 60 SPIP | réalisé et hébergé par les CEMÉA Pays de la Loire | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0