Accueil > Palestine > Palestine ici et ailleurs > Volontaires Palestine 2018 > C’est le début

C’est le début

Publié le jeudi 25 janvier 2018

Salut,

nous sommes arrivé-e-s depuis une semaine. Et en seulement 7 jours ici il y déjà beaucoup de choses à raconter. On pourrait parler de la préparation au départ, de l’aéroport, de la gentillesse des gens en Palestine, des déclarations de Trump, de la vie sous l’occupation, des paysages, des découvertes culturelles et linguistiques ou bien encore de ce tristement célèbre mur qui aura fait taire nos conversations.
Je voyageais dans un autre pays lorsque, deux mois avant le début de la mission, j’ai su pour le SVE. A partir du moment ou j’ai commencé à en parler autour de moi, une question s’est répétée dans mon entourage proche et moins proche : « Mais, c’est pas dangereux ? » Donc tu expliques que « non, c’est pas dangereux » : tu le sais parce que tu as déjà eu des témoignages de volontaires, parce que tu as eu des explications et des réunions à ce propos. Moi ce qui m’inquiétait le plus c’était le passage à l’aéroport : Un léger problème en France, vite résolu car « elle est gentille la petite dame » . L’arrivé en Israel ensuite « vous êtes jeune pour voyager seule.. moi en tout cas je serais ravi de vous aider si vous avez le moindre problème ! » (Merci bien, donne moi mon Visa ce sera déjà un bon début).J’ai pu donc très facilement rentrer sur le territoire ( grace à mes talents de fait-de-grands-sourires-et-rigole-un-peu-niaisement). Nous nous retrouvons à la sortie de l’aéroport avec C. puis direction Jérusalem pour la nuit et Naplouse dès le lendemain. Nous parlons beaucoup depuis que nous nous sommes retrouvés,normal, tu as un peu envie d’apprendre à connaître la personne avec qui tu vas passer un petit bout de temps.( C. il parait gentil au début mais il faut s’en méfier.. :relaxed : ), quand nous arrivons à ce fameux mur un long silence s’installe entre nous. Je ne saurais expliquer ce à quoi je m’attendais encore moins l’effet que ça m’a fait. Le mot qui me vient à l’esprit c’est « oppressant ». Cet énorme mur gardé par des soldats de mon âge, voir parfois plus jeunes ( et je ne suis pourtant pas bien vieille !)... Un volontaire Palestinien nous expliquais que pour lui vivre en territoire occupé c’est le fait que l’armée te rappelle qu’elle est présente. Que se soit par les points de contrôles, les contrôles d’identités ou bien juste par la base bien visible en haut d’une colline. Timing parfait oblige, c’est ce jour là que Trump décide de sa nouvelle lubie, à savoir déplacer l’ambassade des Etats Unis de Tel Aviv à Jérusalem. Là encore cette question s’est répétée « mais.. c’est pas dangereux ? » donc là aussi tu appelles pour rassurer : oui il y a des manifestations, non je ne risque rien, oui les gens sont (bien sur) concernés. Finalement, tu parles vite de la générosité des gens ici, toujours chaleureux, prêts à t’aider, à prendre le thé, à discuter, à te faire découvrir. Et puis les paysages incroyables de cette ville coincée entre deux montagnes.
« non, c’est pas dangereux, oui je suis herseuse d’être là. »

CEMEA Pays de la Loire - 15 bis allée du comandant Charcot - 44000 Nantes - 02 51 86 02 60 SPIP | réalisé et hébergé par les CEMÉA Pays de la Loire | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0