Blog des projets inter des CEMEA Pays de la Loire https://international.cemea-pdll.org/ fr SPIP - www.spip.net Blog des projets inter des CEMEA Pays de la Loire https://international.cemea-pdll.org/local/cache-vignettes/L144xH29/siteon0-9a12a.png?1553713435 https://international.cemea-pdll.org/ 29 144 Vélo campus - favoriser la mobilité de jeunes exilés à Nantes : https://international.cemea-pdll.org/spip.php?article646 https://international.cemea-pdll.org/spip.php?article646 2019-04-25T10:49:00Z text/html fr Anna <p>Depuis février 2019, l'accueil de jour TAMO et Vélo Campus sont en partenariat. Celui-ci débuta suite au souhait de certains jeunes d'acquérir un vélo. Il s'agit d'un besoin dans le but de favoriser leur mobilité et leur insertion au sein de la ville : cela évite des situations de fraude dans les transports en commun, leur permet de participer aux sorties vélos qui sont organisées, de se repérer au sein de la ville et de la découvrir d'une autre manière. <br class='autobr' /> Le 14 février fut organisé le premier après-midi (...)</p> - <a href="https://international.cemea-pdll.org/spip.php?rubrique77" rel="directory">TaMo</a> <div class='rss_texte'><p>Depuis février 2019, l'accueil de jour TAMO et Vélo Campus sont en partenariat. Celui-ci débuta suite au souhait de certains jeunes d'acquérir un vélo. Il s'agit d'un besoin dans le but de favoriser leur mobilité et leur insertion au sein de la ville : cela évite des situations de fraude dans les transports en commun, leur permet de participer aux sorties vélos qui sont organisées, de se repérer au sein de la ville et de la découvrir d'une autre manière.</p> <p>Le 14 février fut organisé le premier après-midi entre TAMO et Vélo Campus. Dans ce cadre, quelques jeunes ont pu participer, auprès de professionnel-le-s et bénévoles, à la rénovation et remise en état de fonctionnement de vélos usagés. Le bilan de cette première journée avait été extrêmement positif. Les participants ont pu repartir avec des vélos, et ont par la suite soulevé le fait que leurs déplacements étaient facilités, que cette activité permettait de rencontrer de nouvelles personnes, ainsi que de gagner en connaissances. <br class='autobr' /> Suite à ce succès, 4 jeunes sont retournés, le 12 avril 2019, à Vélo Campus pour retravailler sur les vélos usagés. les personnes présentes ont, de nouveau, pu repartir avec le vélo qu'ils ont rénové.</p> <p>Cette action a, dans un premier temps, pour but de soulager leur quotidien. Mais également d'organiser divers événements (sorties découverte de la ville, week-ends randonnées…), auxquels la participation des jeunes - qui n'avaient pas les moyens matériels pour - sera favorisée.</p> <p>L'équipe a pu observer que les jeunes qui ont des vélos se les prêtent entre eux. Il ne s'agit pas d'un bien qu'ils s'approprient, mais au contraire, ils les mettent en commun entre tous, avec ceux dans le besoin.</p></div> BAFA 3 2019 - Barcelone https://international.cemea-pdll.org/spip.php?article647 https://international.cemea-pdll.org/spip.php?article647 2019-04-24T12:00:13Z text/html fr Anna <p>Les CEMEA Pays de la Loire vous donne l'opportunité de vivre des expériences d'approfondissement BAFA à l'étranger. Du 13 au 19 avril, un groupe a pu partir en Espagne, à Barcelone. Voici un petit retour en image. <br class='autobr' /> D'autres dates sont disponibles pour l'été 2019 : <br class='autobr' /> – du 8 au 14 juin à Rome ; <br class='autobr' /> – du 15 au 21 juillet à Prague ; <br class='autobr' /> – du 3 au 9 août à Barcelone ; <br class='autobr' /> – du 16 au 22 août à Berlin ; <br class='autobr' /> – du 24 au 30 août à Prague. <br class='autobr' /> Les inscriptions sont (...)</p> - <a href="https://international.cemea-pdll.org/spip.php?rubrique52" rel="directory">BAFA 3 séjour internationaux</a> <div class='rss_texte'><p>Les CEMEA Pays de la Loire vous donne l'opportunité de vivre des expériences d'approfondissement BAFA à l'étranger. Du 13 au 19 avril, un groupe a pu partir en Espagne, à Barcelone. Voici un petit retour en image.</p> <p>D'autres dates sont disponibles pour l'été 2019 : <br class='autobr' /> – du 8 au 14 juin à Rome ;<br class='autobr' /> – du 15 au 21 juillet à Prague ;<br class='autobr' /> – du 3 au 9 août à Barcelone ;<br class='autobr' /> – du 16 au 22 août à Berlin ;<br class='autobr' /> – du 24 au 30 août à Prague.</p> <p>Les inscriptions sont ouvertes.</p></div> Un rêve éveillé https://international.cemea-pdll.org/spip.php?article643 https://international.cemea-pdll.org/spip.php?article643 2019-04-24T12:00:00Z text/html fr Louise <p>La fin de notre Volontariat aura marqué une période de transition importante dans notre vie ! Quitter une aventure magique, pleine d'enrichissement, pleine de rencontres, de discussions, de remise en question, un monde auquel on s'était si bien adapté pour retrouver notre vie à la française. Pendant cette expérience on a redécouvert comment vivre, grâce à leur mode de vie et leurs codes qui étaient totalement différents, comme la manière de dire bonjour, de manger, de s'habiller, de s'exprimer mais aussi (...)</p> - <a href="https://international.cemea-pdll.org/spip.php?rubrique103" rel="directory">Volontaire au Sénégal 2018</a> <div class='rss_texte'><p>La fin de notre Volontariat aura marqué une période de transition importante dans notre vie ! Quitter une aventure magique, pleine d'enrichissement, pleine de rencontres, de discussions, de remise en question, un monde auquel on s'était si bien adapté pour retrouver notre vie à la française. Pendant cette expérience on a redécouvert comment vivre, grâce à leur mode de vie et leurs codes qui étaient totalement différents, comme la manière de dire bonjour, de manger, de s'habiller, de s'exprimer mais aussi cette notion de partage et de convivialité qui sont juste essentielles. Nous avons vécu cette mission comme une bouffée d'air fraîche, on avait la sensation d'être comme dans une bulle, de vivre dans un autre monde. <br class='autobr' /> Pour notre retour, nous avons prévu de partager notre expérience à travers des expositions, des passages dans certaines classes mais aussi la création d'un livre pédagogique pour les prochains, contenant notre vécu, les points positifs et négatifs. A notre grand plaisir, nous allons avoir la chance de pouvoir accueillir deux amis sénégalais qui vont venir en service civique sur Nantes. L'échange n'est pas fini et va donc continuer en France. Notre but va être de les accueillir comme eux l'on si bien fait pour nous et à notre tour de leur faire découvrir notre culture et notre mode de vie.</p> <p>Pour voir l'article publié au début de leur séjour : <a href="https://international.cemea-pdll.org/spip.php?article640">https://international.cemea-pdll.or...</a></p></div> Info pays #1 - A la découverte du Burkina Faso https://international.cemea-pdll.org/spip.php?article645 https://international.cemea-pdll.org/spip.php?article645 2019-04-17T15:22:28Z text/html fr Anna <p>Le 102 Espace Inter vous invite pour son premier « Info Pays », qui se déroulera le vendredi 3 mai 2019. Pour cette première édition, nous vous proposons de nous rejoindre pour partir à la découverte du Burkina Faso, soirée qui sera animée par Basile OUEDRAOGO, un volontaire burkinabé en service civique international. <br class='autobr' /> La soirée se composera de trois temps forts : <br class='autobr' /> – Venez dès 18h30 pour participer aux animations et découvrir les différents aspects et faits du Burkina Faso, tels que les symboles, ou la (...)</p> - <a href="https://international.cemea-pdll.org/spip.php?rubrique48" rel="directory">Actualité</a> <img class='spip_logo spip_logo_right spip_logos' alt="" style='float:right' src='https://international.cemea-pdll.org/local/cache-vignettes/L106xH150/arton645-420cd.jpg?1555618408' width='106' height='150' /> <div class='rss_texte'><p>Le 102 Espace Inter vous invite pour son premier « Info Pays », qui se déroulera le vendredi 3 mai 2019. Pour cette première édition, nous vous proposons de nous rejoindre pour partir à la découverte du Burkina Faso, soirée qui sera animée par Basile OUEDRAOGO, un volontaire burkinabé en service civique international.</p> <p>La soirée se composera de trois temps forts : <br class='autobr' /> – Venez dès 18h30 pour participer aux animations et découvrir les différents aspects et faits du Burkina Faso, tels que les symboles, ou la langue (le moore).<br class='autobr' /> – A partir de 20h, vous aurez la possibilité de déguster des boissons et de la nourriture du pays.<br class='autobr' /> – Enfin, nous terminerons la soirée avec de la danse et de la musique typique/traditionnelle.</p> <p>Rendez-vous dès 18h30, au 102 rue Saint-Jacques, dans les locaux des CEMEA de Nantes, avec votre bonne humeur et votre curiosité.</p> <p>Bilfou / A bientôt !</p> <p>Lien facebook : <a href="https://www.facebook.com/events/406559033514884/" class='spip_out' rel='external'>https://www.facebook.com/events/406...</a></p></div> Etre jeune en Palestine - Témoignages https://international.cemea-pdll.org/spip.php?article644 https://international.cemea-pdll.org/spip.php?article644 2019-03-29T13:37:20Z text/html fr Anna <p>Ce mercredi 20 mars, la Palestine s'invita au 102 pour informer, sensibiliser et discuter sur les rapports entre l'Israël et la Palestine et sur les effets de la colonisation que subit cette dernière. Environ quarante personnes étaient présentes tout au long de la soirée. Celle-ci se déroula en plusieurs temps forts. <br class='autobr' /> Durant la première partie, les participants ont pu prendre part à travers « Vivre la Palestine », à une activité de sensibilisation. Cinq tables ont été dressées et à partir de celles-ci, (...)</p> - <a href="https://international.cemea-pdll.org/spip.php?rubrique4" rel="directory">Palestine ici et ailleurs</a> <div class='rss_texte'><p>Ce mercredi 20 mars, la Palestine s'invita au 102 pour informer, sensibiliser et discuter sur les rapports entre l'Israël et la Palestine et sur les effets de la colonisation que subit cette dernière. Environ quarante personnes étaient présentes tout au long de la soirée. Celle-ci se déroula en plusieurs temps forts.</p> <p>Durant la première partie, les participants ont pu prendre part à travers « Vivre la Palestine », à une activité de sensibilisation. Cinq tables ont été dressées et à partir de celles-ci, chacun obtenait un rôle (pêcheur, journaliste, danseur etc.) et un objectif propre à réaliser. Cependant, au fur et à mesure, les participants rencontrèrent des obstacles particuliers : le(s) passage(s) au poste administratif, les allers et venues de l'armée israélienne (compromettant constamment ta possibilité d'avancer correctement), les temps en prison… Après une heure, l'activité se termina. Ceci nous a permis de revenir avec les meneurs du jeu sur l'expérience et l'ambiance qui s'est instaurée lors de ce temps, qui avait pour but de nous faire ressentir, à un faible degré, le quotidien des palestiniens vivant en Palestine.</p> <p>Après une petite pause permettant de discuter autour de houmous et de gâteaux, nous avons continuer à discuter sous la forme d'un café pédagogique. Celui-ci débuta par la prise de parole de deux palestiniens, témoignant de leur vie et leur jeunesse en Palestine, et de tous les obstacles qu'ils rencontrent quotidiennement pour circuler et vivre au sein de leur pays (permettant une forme de mise en perspective avec le jeu précédent). Puis par petit groupe, nous avons pu discuter et se questionner sur cette thématique, et ces problèmes propres à la situation actuelle entre la Palestine et l'Israël.</p> <p>Pour terminer cette soirée riche en émotion, nous avons eu le plaisir d'apprendre la dabke, la danse traditionnelle palestinienne.</p></div> La Tunisie https://international.cemea-pdll.org/spip.php?article642 https://international.cemea-pdll.org/spip.php?article642 2019-02-11T14:57:42Z text/html fr Khora Richard <p>Depuis que je suis en Tunisie j'ai appris à aimer écrire. Je prend plaisir à essayer de raconter ou inventer tout en cherchant a être le plus percutant Je crois vraiment m'être améliorée. Après c'est vrai que je n'ai pas beaucoup partagé mes idées, ce que j ai vu et vécu, mais je ne crois pas que raconter sans pouvoir le vivre est une utilité j'ai juste envie de vous dire rejoignez moi et vous verrez plus que des mots sur un papier. <br class='autobr' /> Le plus impressionnant pour tout étranger avec qui j'ai partager cette (...)</p> - <a href="https://international.cemea-pdll.org/spip.php?rubrique87" rel="directory">Volontaires Tunisie 2018</a> <div class='rss_chapo'><p>Depuis que je suis en Tunisie j'ai appris à aimer écrire.<br class='autobr' /> Je prend plaisir à essayer de raconter ou inventer tout en cherchant a être le plus percutant<br class='autobr' /> Je crois vraiment m'être améliorée. Après c'est vrai que je n'ai pas beaucoup partagé mes idées, ce que j ai vu et vécu, mais je ne crois pas que raconter sans pouvoir le vivre est une utilité j'ai juste envie de vous dire rejoignez moi et vous verrez plus que des mots sur un papier.</p></div> <div class='rss_texte'><p>Le plus impressionnant pour tout étranger avec qui j'ai partager cette impression et qui est venu en Tunisie, c'est vraiment ce contact avec les Tunisiens qui sont d'une chaleur humaine et d'une générosité sans égal.<br class='autobr' /> Beaucoup peuvent penser que c'est exagéré mais vraiment on ne peux pas connaître ça en Europe sauf peut être dans certaine famille.<br class='autobr' /> Ici, le plus bizarre forcément c'est que tu es et restera toujours un étrangers (Gaouri), pour certain un pont pour l'Europe « la belle vie » ou « le travail », pour d'autre un extraterrestre qu'ils voient rarement et qui sont très intéressée de rencontrer, pour d'autres encore un touriste colonisateur et exploiteur, mais heureusement bien sur la plus part veulent juste te rencontrer et tous partager… Tous ça créer en toi pleins de personnalité et des contact toujours différents pour aborder les gens.</p> <p>Je sens la fin de mon SVE approcher trop vite, déjà 11 mois !<br class='autobr' /> D'un coté j ai la sensation que ça fait déjà plus d un an et que je ne vais jamais rentrer car je me sens trop bien installée, mais de l'autre je sais que la fin du contrat approche avec le retour en France, pour voir tous ceux qui m'ont manqué, mais peut être me retrouver décalée avec ceux que j ai laissé il y a 12 mois.<br class='autobr' /> Je suis heureuse de tous ce que j ai vu et vécu depuis mon arrivé en Mars dernier, je sais que je reviendrais même si je ne peux pas savoir quand le temps et l argent me le permettront.<br class='autobr' /> Il y a beaucoup de chose que je vais avoir du mal a quitter et même retrouver, comme le mode de vie français va paraître trop décalé avec ce rythme tunisien plus lent mais plus dans l'écoute de chacun, le respect, beaucoup d'échange et de partage.</p> <p>Je suis contente de savoir que les français sont en manifestation national s'ils arrivent a avancer vers une meilleur société mais je leur souhaite de prendre modèle sur la Tunisie et arrêter de vouloir encore plus consommer.<br class='autobr' /> C'est fou de voir certains Tunisiens qui veulent quitter la Tunisie pour rejoindre l'Europe, un continent rempli de folie, ou la joie est présente, ou un avenir est possible, ou tu peux trouver un métier…<br class='autobr' /> Je veux leur dirent que ce n'est pas si simple que ce que vous pensez et d'abord regardez comment vous vivez et dites moi ce que vous avez a y gagner ? Ok notre monnaie à une valeur monétaire sur le marché plus élevée que la votre. Or notre vie n'en est pas plus facile car pour la même vie chaque jours on gagne plus mais on est forcé à consommer plus, avec toujours plus de taxes qui nous prend tous ce qu'on gagne. Or je pense que l'argent ne devrait pas être un besoin mais nous permettre de répondre a nos besoins vitaux. C'est outil d'échange qu'il nous suffirait de supprimer et tous vivre du troc pour ne plus sentir de différence entre riche et pauvre et ne jamais manquer de nourriture.<br class='autobr' /> En Tunisie, on peut trouver tous les styles de vies et toutes les classes qui se côtoient au quotidien, se connaissent et sont plus proche qu'en France. Il y a toujours la possibilité de trouver de la nourriture et des produits frai a pas cher, avec différents types de petites boutiques (hanout) qui se spécialisent dans quelques produits et le revendent. Le système de vie qui est organisé entre les citoyens est à la base d'une autre mentalité qui leur permettent de marcher beaucoup au troc et pas dans une surconsommation mais dans le besoin du nécessaire chaque jours, avec toujours tous a dispositions (sauf des difficulté avec le lait dans le pays) .</p> <p>J'ai pu me balader dans plusieurs régions/places de Tunisie et rencontrer des personnes avec différentes mentalités, traditions, problèmes sociaux, envies…<br class='autobr' /> Ce pays est rempli de richesse qui sont parfois dévalorisé par les habitants eux-même, pillés par l'étranger ou bien saccagé par le tourisme bien présent. Mais ce beau petit pays qui peux être traverser en une journée en voiture, nous laisserais apercevoir, autant la mer avec les montagnes verte qui rappel la France et l'Ardèche, que le désert de sable, du Sahara ou bien de roche, de Gafsa, avec des montagnes rouge accompagné de quelques oliviers, puis se promener dans des forets de palmiers (oasis), avec de nombreuses espèces et ressources qui se cultive sur trois étages. Tout en traversant ce beau pays par des lignes droites qui relient les grandes villes du pays, on peux observer de petit village au maison de brique pas fini ainsi que de nombreux champs a dispositions des familles de générations en générations.<br class='autobr' /> C'est ainsi que vont s'installer les maisons des futurs enfants a coté, au dessus, dans le quartier qui porte leur noms.</p> <p>Toutes ces richesses de la Terre et des Hommes mon montrer et fait découvrir combien le monde peut être diversifié dans tous ces cotés mais que tout et tous le monde peut s'associer et se rencontrer et le plus beau pour moi c'est ce partage éternel.</p></div> Palestine 2018 https://international.cemea-pdll.org/spip.php?article641 https://international.cemea-pdll.org/spip.php?article641 2019-01-01T12:34:56Z text/html fr Louise B <p>Presque tout le monde est arrivé ! <br class='autobr' /> Pour le début de la délégation, les plus matinaux-ales sont allé-es voir l'esplanade des mosquées en passant par le mur des lamentations. Petite visite touristique de la vieille ville pour se mettre en jambes donc ! <br class='autobr' /> C'est tous et toutes ensemble que nous avons rencontré les acteur.trices du Community Action Center. Ils et elles nous ont expliqué le contexte de vie palestinienne à Jérusalem. Ils nous ont également présenté les actions militantes de la structure : (...)</p> - <a href="https://international.cemea-pdll.org/spip.php?rubrique91" rel="directory">Délégations</a> <div class='rss_texte'><p>Presque tout le monde est arrivé !</p> <p>Pour le début de la délégation, les plus matinaux-ales sont allé-es voir l'esplanade des mosquées en passant par le mur des lamentations. Petite visite touristique de la vieille ville pour se mettre en jambes donc !</p> <p>C'est tous et toutes ensemble que nous avons rencontré les acteur.trices du Community Action Center. Ils et elles nous ont expliqué le contexte de vie palestinienne à Jérusalem. Ils nous ont également présenté les actions militantes de la structure : informer les palestinien-nes sur les lois qui les régissent, les accompagner administrativement, ... <br class='autobr' /> Après nous sommes sorti-es sous la pluie pour visiter la vieille ville et porter une attention toute particulière aux marques de l'oppression israélienne sur les palestien-nes. Celle-ci se traduit par des caméras de « sécurité » et des maisons de palestien-nes remplacées par un commissariat de police ou encore la maison du premier ministre israélien. Cette visite s'est finie en montant en haut du quartier arabe, sur la place de laqlaq (la cigogne). Cette place est constituée d'un centre socio-culturel et d'un square interdit au public. Du fait de sa place géographique, ce lieu est convoité par les israëlien-nes : ils et elles veulent avoir une vision d'ensemble du quartier.</p> <p>Après des falafels délicieux, nous sommes parti-es vers le quartier de Silwan pour rencontrer le directeur de l'association Silwaniq. Cette association est ce qui se rapproche le plus d'un centre social en France. L'objectif principal de l'association est de permettre aux enfants et jeunes du quartier d'avoir une enfance épanouie. Pour cela ils et elles mettent à disposition un espace numérique dans le centre, des accueils de loisirs durant les vacances scolaires, et des scolarisations à domicile pour les enfants assignés à résidence, et pour tou-tes ils et elles complètent ce que l'école ne dit pas : ils et elles transmettent l'histoire palestinienne et l'identité commune aux palestien-nes. <br class='autobr' /> Nous avons encore fait une visite bien arrosée aux nuages et commentée du quartier par le directeur de l'association. Notre tour se composait d'un city-stade pour les israélien-nes qui menace de s'effondrer sur des maisons de palestien-nes, du point de vue sur tout le quartier de Silwan et du cimetière juif, et de la cité de David (lieu touristique).</p> <p>L.J. & L.B.</p></div> A la découverte du pays de la téranga ! https://international.cemea-pdll.org/spip.php?article640 https://international.cemea-pdll.org/spip.php?article640 2018-11-30T10:39:29Z text/html fr Louise <p>Deux jeunes en Service Civique partent découvrir le Sénégal <br class='autobr' /> Après nos deux premiers mois passés au Sénégal, nous pouvons affirmer que l'esprit de la téranga existe vraiment. Nous nous sommes vites familiarisées avec les plats un peu trop épicés, les coutumes, les habits traditionnels très colorés et par nécessité avec le dialecte qui est le « wolof ». Grâce à leur convivialité, les moments d'échanges autour du thé, des repas prévus pour 4 comme pour 8, leurs danses au rythme endiablé « le malar » nous avons su (...)</p> - <a href="https://international.cemea-pdll.org/spip.php?rubrique103" rel="directory">Volontaire au Sénégal 2018</a> <div class='rss_chapo'><p>Deux jeunes en Service Civique partent découvrir le Sénégal</p></div> <div class='rss_texte'><p>Après nos deux premiers mois passés au Sénégal, nous pouvons affirmer que l'esprit de la téranga existe vraiment. Nous nous sommes vites familiarisées avec les plats un peu trop épicés, les coutumes, les habits traditionnels très colorés et par nécessité avec le dialecte qui est le « wolof ». Grâce à leur convivialité, les moments d'échanges autour du thé, des repas prévus pour 4 comme pour 8, leurs danses au rythme endiablé « le malar » nous avons su trouver notre place malgré les différences de mode de vie. Les gens se prennent moins la tête avec des détails, ils se contentent de peu et cela est agréable.<br class='autobr' /> Après ce temps d'adaptation, passant par deux semaines en camp de vacances et un mois et demi en tant qu'assistante dans une école,nous avons pu mettre en place notre mission principale : rénover et dynamiser la bibliothèque de la Maison de l'Éclaireur. A l'aide des responsables de cette Maison, nous avons pu donner une nouvelle vie à cet espace. Nous nous sommes vites rendues compte que notre mission ne serait pas que tenir une bibliothèque mais créer un vrai endroit de rencontres, de partages et d'échanges. En proposant du soutien scolaire et des activités socio-éducatives, nous espérons redonner vie à une endroit qui n'attend que ça. De plus, nous voulons perpétuer l'esprit du scoutisme et des éclaireurs grâce a leur présence lors des activités et aux moments forts de la bibliothèque. Nous sommes attachées au fait que les enfants qui viennent, prennent plaisir à se poser, discuter, venir poser des questions, rencontrer de nouvelles personnes. Pour finir, notre but principal est d'apporter quelque chose de nouveau aux enfants. Cette bibliothèque a pour but de faire plusieurs activités et répondre aux demandes de chacun.</p></div> Le bonheur ? https://international.cemea-pdll.org/spip.php?article639 https://international.cemea-pdll.org/spip.php?article639 2018-10-12T10:51:55Z text/html fr Khora Richard <p>Grande question de cette semaine de « folie » !!! Parti à Tunis dans l'intention de changer d air et en profiter pour faire une surprise a Najla, me revoilà à Gafsa maintenant pleine d'énergie et d'envie. <br class='autobr' /> J'ai appris beaucoup pendant cette semaine autant pour ce que je suis, ce que je veux être, et ce que je ne suis pas Tous ça, à travers des rencontres bouleversantes et rayonnantes d amour. J'ai pu voir autant en Najla, qu'en ceux que j'ai rencontrer, que je n'étais pas ou plus réellement a ma place (...)</p> - <a href="https://international.cemea-pdll.org/spip.php?rubrique87" rel="directory">Volontaires Tunisie 2018</a> <div class='rss_chapo'><p>Grande question de cette semaine de « folie » !!!<br class='autobr' /> Parti à Tunis dans l'intention de changer d air et en profiter pour faire une surprise a Najla, me revoilà à Gafsa maintenant pleine d'énergie et d'envie.</p></div> <div class='rss_texte'><p>J'ai appris beaucoup pendant cette semaine autant pour ce que je suis, ce que je veux être, et ce que je ne suis pas<br class='autobr' /> Tous ça, à travers des rencontres bouleversantes et rayonnantes d amour.<br class='autobr' /> J'ai pu voir autant en Najla, qu'en ceux que j'ai rencontrer, que je n'étais pas ou plus réellement a ma place dans mon chemin de vie. J'ai vu que des fois ont ce laisse trop emmener par le courant, il faut faire attention a garder la tête au dessus de l eau, sinon on se noie inévitablement. Alors que si on se laisse porter par le courant (la vie) tout en dirigeant le navire (nos envies) vers ce que l on veux (pour nous) et ce que l'on aime, nous suivrons instinctivement la bonne route (de dieu, du destin ou de la vie tout simplement).</p> <p>Or j'ai une forte tendance a tomber dans la routine, ou bien comme dit Paulo Coelho, j'entretiens ma « banque des faveurs », pour moi cet à dire que je me nourri de ce partage avec les autres, car leurs bonheur me comble.</p> <p>Mais où est le bonheur et comment ce manifeste-il ?<br class='autobr' /> J'ai rencontré un gars qui m'a réveillé. <br class='autobr' /> Je sais pas où j'étais rendu pour être perdu a ce point, sur qui je suis ?!<br class='autobr' /> Il m'a rappeler ce qu'est le bonheur et m'a fait réfléchir sur ce qui me rend heureuse maintenant ?!<br class='autobr' /> Juste par son énergie et son amour pour la vie, il m'a rappeler combien on peut être soi-même à tout instant, que l'on peux faire ce que l'on souhaite et que rien n'est impossible, il ne faut pas s'arrêter a ce que les autres veulent qu'on soit.</p> <p>Quand tu es dans un bar en début de soirée et que tu n'arrive pas te sentir à l'aise, car tu cherche ta place, il te propose juste de danser comme tu aime, en étant juste toi même. En réalité tu n'a pas besoin d'être toujours dans l ambiance des autres, ni d attendre que l'ambiance change pour la tienne, créer et vie la tienne, mais ne créer pas d'image pour t'adapter.<br class='autobr' /> Si tu aime et sais faire quelques choses pourquoi te le refuser, devant quelqu'un avec qui tu es à l'aise et que tu en as envie (juste vie).<br class='autobr' /> Si on te propose de faire des percussion en buff pendant un break musical, car tu aime jouer et que ça fait longtemps que tu en as pas fait. Si tu en as envie pourquoi hésiter et pas se laisser aller dans le BONHEUR ????</p> <p>Juste des fois ressort la tête et fait ce que tu aime, va où tu veux, quand tu veux, avec qui tu veux, pour faire ce que tu veux<br class='autobr' /> N'oublie pas que le bonheur peut être la chaque jour, il suffit de ne pas s'enfermer dans la tristesse, ni fermer les portes aux belles choses qui s'offrent a nous et fonccceer…</p> <p>Tous ça, c'est mon petit rappel de Bonheur et j'ai vraiment passé une pure semaine qui m'a fait découvrir des autres univers, m'a montré une autre mentalité possible en Tunisie et m'a rappeler comment partout se vie d'autres choses, alors ne t'enferme et découvre tu es la pour ca (pas pour les autres qui te demande de rester).</p> <p>VIE TA VIE !!!</p></div> Stories of refugees https://international.cemea-pdll.org/spip.php?article638 https://international.cemea-pdll.org/spip.php?article638 2018-10-03T23:17:40Z text/html fr Sheïma <p>Afin de pouvoir poursuivre notre démarche d'interculturalités, nous avons fais la connaissance de militants de l'association « Lampedusa ». Durant la balade sensible (atelier ou un interlocuteur nous raconte au travers d'une balade son histoire) ils nous ont partagés leurs histoires ainsi que les motivations qui les ont poussés à se constituer en association. <br class='autobr' /> Nous avons été accueilli par Sami,Steeve et Saadia. Dès lors la balade commença à la gare centrale de Hambourg. Ils nous expliquèrent que ce lieu (...)</p> - <a href="https://international.cemea-pdll.org/spip.php?rubrique102" rel="directory">Délégations</a> <div class='rss_chapo'><p>Afin de pouvoir poursuivre notre démarche d'interculturalités, nous avons fais la connaissance de militants de l'association « Lampedusa ». Durant la balade sensible (atelier ou un interlocuteur nous raconte au travers d'une balade son histoire) ils nous ont partagés leurs histoires ainsi que les motivations qui les ont poussés à se constituer en association.</p></div> <div class='rss_texte'><p>Nous avons été accueilli par Sami,Steeve et Saadia. Dès lors la balade commença à la gare centrale de Hambourg. Ils nous expliquèrent que ce lieu était lourd de sens pour eux car c'est la porte d'entrée sur l'Allemagne qu'ils ont eux. Arriver d'Italie où ils ont été enfermé dans un camps de réfugiés durant deux ans. <br class='autobr' /> Au terme de cet enfermement, ils acquirent une carte de séjour de réfugiés. Suite à la crise économique Italienne, la possibilité de trouver un travail s'amenuisèrent au fil du temps. Face à cet impossibilité de subvenir économiquement à leurs besoins l'administration du camp leurs conseillèrent de partir au sein de l'europe afin de travailler. <br class='autobr' /> Etant issue d'un pays Anglophone leurs choix se portèrent dès lors sur un pays dont la langue officiel est l'Anglais. Cependant, l'Angleterre étant difficile d'accès (financièrement) ils se replièrent sur l'Allemagne.<br class='autobr' /> Dès lors, ils nous racontèrent le sentiment d'isolement à l'arrivé dans une ville (pays) inconnu, dont ils ne connaissèrent personnes (locaux), ni la langue principal (allemand), ni les uses et coutumes, et encore moins les démarches institutionnelles. <br class='autobr' /> Isolées, sans repère il faut trouver de quoi dormir,manger. Grâce aux différents mouvements associatifs les principaux besoins vitaux sont remplies. Mais jamais avec la certitude du lendemain. En effet les lieux d'accueil pour se nourrir n'étant pas les mêmes et n'ouvrant pas aux mêmes heures, la journée est pavée par la recherche de moyens de subsistances(partielles). <br class='autobr' /> N'ayant toujours pour but que de pouvoir vivre en sécuritée et avec des moyens stables ils partirent à la recherche de travaille. Cependant, ils trouvèrent porte clause car n'ayant pas des papiers Allemand ils étaient dans l'impossibilité d'être embauché. Qui plus est, ils ne répondèrent pas aux critères de qualifications au sein des métiers qu'ils pourvoyaient. Les seules métiers accessibles étaient sur des missions au « black ». <br class='autobr' /> L'impossibilité de posséder des papiers de travaille rendèrent leurs positions instables les bloquant au sein d'un statut périlleux. N'ayant pas eu d'accueil pour permettre de comprendre le monde qui les entouraient ils décidèrent de se regrouper afin d'aider les nouveaux arrivants. Ils appellèrent l'association du nom d'une petite île Italienne, où sont enfermé les réfugiés qui essayent d'entrer en Europe.<br class='autobr' /> Cet association reçu l'aide d'autres institutions Hambourgeoise. Grâce à cet émulation collective ils gagnèrent en notoriété et en visibilité médiatique qu'ils leurs permirent d'avoir plus de poids auprès des institutions. <br class='autobr' /> Cependant, plus le temps passèrent et plus le mouvement s'essoufla, pour plusieurs raisons, notamment dû à l'arrivé de nouveaux réfugiées (syrien notamment) qui aspirèrent la couverture médiatique et l'aide des différents ONG. <br class='autobr' /> Dès lors le mouvement subsistat face à une oppression systémique institutionnelle (administration et policiers). En effet, l'injonction pour les immigrées de modifier leurs papiers de réfugiée Européen contre un statut Allemand n'assurant pas la pérennité au sein de la société. Face à une oppression institutionnelle (violente dans la répression) certains se plièrent à l'injonction (et finissèrent expulsé du territoire) diminuant encore le nombre de frondeur au sein du collectif. <br class='autobr' /> Coincé entre un système qui ne veut pas d'eux (officieusement) et leurs souhaits de s'intégrer, la population réfugiée d'Hambourg se sent démunis face aux aspirations qu'elles ont. <br class='autobr' /> De surcroît, les ONG d'aides internationales (pour la plus part) répondent à des financements de projets pour répondre à des attentes institutionnelles et non pas pour aider les individus dans l'accompagnement à l'insertion sociale. De fait, cela crée un sentiment chez la population réfugiée arrivée depuis longtemps un sentiment d'aide perpétuelle de courte durée, sans résolution concrète, ni accompagnement individuelle aux besoins et aspirations du public visé.<br class='autobr' /> Au terme de cette balade, ils nous ont partagés leurs volontés ,que chacun de nous se questionnent sur son action lors de rencontres avec des réfugiées, de ne pas juste répondre à un besoin (financier,logement,nourriture…) mais bien de permettre la rencontre avec l'individu dans ses aspirations passées, présentes, futures…</p></div>