Accueil > Italie > Mobilité à Rome pour réfléchir sur les questions de la migration

Mobilité à Rome pour réfléchir sur les questions de la migration

Du 29 au 31 Mai 2017, nous étions quatre personnes des Cemea à partir à Rome pour rencontrer des associations partenaires italiennes, sur la migration.

Et nous voilà partis, David de l’association nationale Cemea et responsable du secteur Travail Social et Santé Mentale, Alessandra Cemea Rhône-Alpes, Sylvie Cemea Nice et moi, Melissa service civique au Cemea Nantes.

Mais pourquoi ? Pour qui ?

Le secteur Santé mental des Cemea national souhaite relancer et renforcer la vie du réseau insertion des publics fragiles (jeunes en décrochage scolaires, adultes en réinsertion, migrant.e.s) au sein des Cemea, afin de renforcer le réseau et améliorer les pratiques.
Dans ce cadre plusieurs mobilités, rencontres ont été et sont prévues pour satisfaire ces besoins.

Lors de la mobilité à Rome, le but était de connaître un peu mieux les expériences de nos voisins italiens concernant la migration, car cela fait quelques temps maintenant qu’ils accueillent, vingt ou trente ans environ.
Mais également comprendre les enjeux sociaux au niveau français et européen, en matière de migration.

Dans chaque rencontre nous cherchions à questionner, approfondir l’accueil et l’accompagnement des personnes en situation de migration.

A Nantes, cette question nous intéresse beaucoup, car tous les lundi après-midi, nous accueillons des jeunes « migrants » autour d’activités, de jeux, musique, expression, sans oublier le goûter et tous ces moments de détentes qu’on oublie bien souvent ! Et cela depuis un an déjà.

Mais qu’est ce qu’être migrant.e ? Quand on migre, la migration englobe t-elle tous les aspects de notre vie au point qu’on est plus que ça, un.e migrant.e ? Quels sont nos préjugés sur ce mot qui englobe des situations pourtant très variées ?

Comment pouvons-nous expliquer la complexité de facteurs qui se cachent derrière le choix de s’en aller ? Qu’est-ce qu’il est recherché dans un départ ?

C’est quoi accueillir et accompagner l’autre ? Comment ne pas agir avec charité, mais accompagner à l’autonomie dans le pays d’arrivée ? Quelles formations pourraient-être proposées aux acteurices des Cemea agissant sur la question et les associations extérieures ?

Autant de questions qui nous ont fait remuer les méninges, certaines en cours de résolution, d’autres toutes neuves et qui demandent à être travaillées.

Diverses associations agissant dans différents domaines ont été rencontrées :

  • Scuole migranti, un réseau de 97 associations qui enseignent gratuitement l’italien.
  • Le centre de jeunesse Fenix 19 géré par les Cemea del Mezzogiorno qui organisent des activités, des cours de langues, des actions dans le quartiers etc.
  • Società Cooperativa Sociale In Migrazione, un SPRAR (système de protection pour les demandeurs d’asile et réfugiés) qui accompagne à l’autonomie des « migrant.e.s » dans la vie quotidienne, les papiers et organise des ateliers d’italiens avec des méthodes actives.
  • CDS, Casa de Diritti Sociale, une asso en accès libre, qui organise des ateliers gratuits d’italien.

Et en petit cadeau de fin, une visite d’un immense Centre Socio-culturel autogéré de Rome, il Forte Prenestino, l’un des plus grands d’Europe ! Voir les photos ;)

Enrichis par ces belles rencontres, notre sac à dos pleins d’informations, de questionnements et de nouvelles idées, nous sommes retournés chacun.e dans nos structures, en attendant notre retransmission de cette expérience, le 10 Juin 2017 à Caen.

Si ces questions vous intéresse, vous pouvez vous informer auprès du groupe qui accueille tous les lundi des Mineurs Non Accompagnés.
Ou vous renseigner auprès du secteur Santé Mental des Cemea, pour connaître les retours, les écrits, les rendez-vous prévus sur cette question de « l’insertion des publics fragiles » en général.

Melissa.

Portfolio

Ludotheca, centre de loisirs Casa de Diritti Sociale Società Cooperativa Sociale In Migrazione, SPRAR (système de protection pour (...) Recette pour ne plus trop penser « A Rome, Il y a/Il n'y a pas » Fontaine de Trevi Forte Prenestino, Centre Socio Culturel Autogéré Livre sur les centres socio culturels occupés de Rome
CEMEA Pays de la Loire - 15 bis allée du comandant Charcot - 44000 Nantes - 02 51 86 02 60 SPIP | réalisé et hébergé par les CEMÉA Pays de la Loire | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0