Accueil > Palestine > Délégation de découverte de la Palestine (Déc. 2013 / Janv. 2014) > Rencontre avec Hussein Al-Haraj, chef de cabinet du Président Mahmoud (...)

Rencontre avec Hussein Al-Haraj, chef de cabinet du Président Mahmoud Habass

Publié le mardi 31 décembre 2013

Résumé des déclarations

Hussein Al-Haraj commence par nous remercier de notre venue en Palestine, trouvant très important que l’on voit, que l’on touche la réalité de son pays et que l’on en témoigne.
Il s’excuse de son retard, dû au fait que les prisonniers palestiniens aient été libérés plus tard que prévu et qu’il se devait d’être présent à cet événement. Il nous explique que les prisoniers ont tous fait plus de 22 ans de prison israélienne, certains ayant été privés de liberté jusqu’à 28 ans !
La situation en Palestine est complexe et difficile, les palestinien-nes étant chassés, privé-es de leur terre et leurs droits n’étant pas respectés.
Selon lui, les négociations qui ont repris en juillet 2013 sont au point mort. Les accords d’Oslo n’ont pas traité de nombreux points, dont ceux des réfugiés, de Jérusalem, de l’eau et de l’implantation des colonies. Pour l’autorité palestinienne, il faudra trouver des solutions à ces nombreux points dans les prochains accords. Elle ne veut pas lâcher son positionnement, notamment sur l’occupation de la vallée du Jourdain. Netanyaou a fait une première poposition, voulant y laisser une présence militaire israélienne pendant 40 ans dans cette vallée. John Kurry, lui, a proposé un compromis de présence militaire pendant 10 ans. Cette proposition est estimée inacceptable par l’autorité palestinienne, Israël n’ayant pas de frontière à l’Est de la Cisjordanie mais à l’ouest. La présence militaire israélienne est considérée comme une occupation illégitime, sur tout le territoire palestinien.
Hussein Al-Haraj nous parle ensuite des divers soutiens internationaux pour son pays. Il commence par signaler l’importance du soutien de l’union européenne, ainsi que des Etats-Unis, du Japon et de la Russie, qui se traduit par une forte aide financière. S’y ajoute le soutien de la plupart des pays du monde arabe. Il souligne que le soutien se fait sous différentes formes, en fonction de la réalité et des affinités politiques. Certains pays, entre autre, font le choix de privilégier l’aide au Hamas. Dans ce panorama intervient la complexité du printemps arabe.
Il finit par mentionner son espoir, malgré les blocages actuels, de signer un accord avec Israël d’ici 6 mois...

Après notre intervention, il nous dit être très sensible à notre projet se traduisant par un travail à destination de la jeunesse. Il explique que cela rejoint les préoccupations prioritaires du gouvernement et signale que, par ailleurs, il y a une évolution dans les objectifs d’actions des municipalités, plus intéressées dans la culture et l’éducation des jeunes qu’auparavant.
Il a besoin de toutes les coopérations possibles et la nôtre lui semble très pertinente.

CEMEA Pays de la Loire - 15 bis allée du comandant Charcot - 44000 Nantes - 02 51 86 02 60 SPIP | réalisé et hébergé par les CEMÉA Pays de la Loire | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0