Accueil > Palestine > Palestine ici et ailleurs > Volontaires Palestine 2013 > Aujourd’hui, j’ai passé une très chouette journée, avec mes copains, sous (...)

Aujourd’hui, j’ai passé une très chouette journée, avec mes copains, sous occupation.

Publié le vendredi 3 mai 2013

Alors voila. Aujourd’hui, j’ai passé une très chouette journée, avec mes copains, sous occupation. Et où que tu sois, elle se rappelle à toi.

Avec les copains du camp d’Askar, on est parti à 15, en minibus, dans des espèces de gorges a coté de Jericho : Wadi Quelt. On aurait dit un séjour de vacances de 20-30 ans. On avait même des chips.
Et puis on a bien marché dans la montagne sous le soleil, puis dans les cailloux et l’eau et on s’est posé à un endroit magique. Rigolade, baignade, pêche au filet à patates, sieste au soleil, fourmis rouges, vols de cigognes, dromadaires ... retour avec coucher de soleil.
Oui, mais.
Sur la route de l’aller, on avait deux check-point à passer. Passés sans encombre, sans contrôle. Oui. Et voir l’espèce de liesse que ça créé chez les copains quand ils passent un check-point sans encombre ... ben ça fait un truc. Un soulagement collectif qu’on partage, mais dont on est quand même davantage témoins. Puis ça te rappelle bien où t’es.
Ils ont chanté du coup. En fait, ils chantent très souvent. Mais pas avant un check-point.
Et puis sur la route aussi, on est passé par la Vallée du Jourdain, devant les exploitations intensives des israéliens ... les fameuses dattes et compagnie « made in Israël ». Sauf qu’ici, c’est la Palestine.
Et puis aussi, les montagnes sont radieuses, les paysages magnifiques, mais y a toujours une colonie, une station essence ou un truc israélien dans le champ de vision, à l’horizon.
Et puis sur la route, les copains, ils racontent. Comment ici, ils se sont fait arrêter y a 4 ans, et on été bloqués 6h à un check point.
Sur la route aussi, on a beaucoup ri. Les copains qui crient dès qu’ils aperçoivent un bout d’eau .. 10cm de large le machin ... bah oui, faut bien abreuver les exploitations israéliennes, alors ils s’emmerdent pas : ils détournent l’eau.
Et puis.
Et puis quand on ressort des gorges après s’être bien amusés, grands enfants que nous sommes, on tombe sur des colons. Ils squattent le lieu, eux aussi. Alors ça fait un espèce de gros froid dans le dos. Et les copains ils rigolent plus. Si, y en a un ou deux qui commentent haut et fort leur formidable journée en ces lieux lorsqu’ils passent devant eux.
Et puis dans la montagne, y a des signes peints sur les roches, comparables aux signalisations de chemins de randonnées qu’on connaît. Ici aussi il s’agit de signalisations, de repères, mais pour les soldats israéliens qui viennent s’entrainer dans cette zone.
Et puis justement, une voiture de soldats passe, pendant qu’on gravit la montagne.
Et puis au retour, y a pas que le coucher de soleil, y a aussi un check-point. Lui aussi, on le passe avec succès. Et là encore, c’est un soulagement collectif qui se fait sentir dans le bus. Les copains nous racontent que ce check-point était assez tendu à passer y a quelques années. Les lieux, ca rappelle des trucs et du coup ca provoque des trucs. Et les check-point ca rappelle pas des chouettes trucs.

Alors voila. Aujourd’hui, j’ai passé une très chouette journée, avec mes copains, sous occupation. Et où que tu sois, elle se rappelle à toi.

Ju.e

CEMEA Pays de la Loire - 15 bis allée du comandant Charcot - 44000 Nantes - 02 51 86 02 60 SPIP | réalisé et hébergé par les CEMÉA Pays de la Loire | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0