Accueil > Allemagne > BP Sarthe octobre 2016 > Speilmobil 2 Lettre à un ami

Speilmobil 2 Lettre à un ami

Publié le jeudi 6 octobre 2016

Cher ami-e

Nous avons visité un camp de réfugié-es situé à Hambourg. Il est composé de 60 % de familles et 40 % d’hommes seuls. On y compte 300 personnes accueillies venant de Syrie, d’Irak, du Portugal, d’Afghanistan, etc... Nous nous sommes demandé en arrivant « comment vais-je faire pour communiquer et jouer avec eux ? »

Il y a une équipe de 4 salarié-es dans ce camp, qui existe depuis plus d’un an, dont Yanina que nous avons rencontré. Le travail de l’équipe consiste à accompagner les familles et leur donner des conseils.

Nous avons aussi rencontré Raymond, travailleur social dans un bus appelé Spiel Mobil. Ce genre de bus parcourt tout Hambourg pour accueillir les enfants réfugiés qui souhaitent participer à toute sorte d’activités ou jeux sportifs créatifs et manuels. Ce Spielmobil vient une fois par semaine. Il amène des jeux qu’il sort dehors, babyfoot, mini billard, ballons, … Dans ce camion les enfants peuvent aussi s’y poser pour faire des ateliers créatifs, du dessin et faire des jeux de société.

Lors de chaque séance de 3h, les enfants jouent d’abord tous ensemble puis se placent sur différents pôles de jeux et se regroupent afin de réaliser un dernier jeu ensemble avant de se quitter. Cette démarche est très utile pour permettre aux enfants de réfugiés de s’amuser librement sans frais et aussi pour leur permettre de favoriser les rencontres avec d’autres personnes. Le but principal est de leur apprendre à vivre ensemble. En effet ces personnes accueillies sont d’origines et de religions différentes.

Après la discussion nous sommes sorti-es pour découvrir vraiment le Spielmobil et jouer avec les enfants. Ils venaient nous voir pour échanger et jouer avec nous. Nous avons discuté avec eux et on arrivait à se comprendre par les gestes ou quelques mots, nous avons d’ailleurs été impressionné-es de voir qu’ils parlaient très bien plusieurs langues.

Notre appréhension s’est vite dissipée en voyant que la barrière culturelle ne changeait pas leur envie de jouer avec nous et de nous rencontrer.

Certain-es de notre groupe pensent qu’il est difficile de ne pas craquer quand on voit tous ces enfants avec un grand sourire et tellement content-es de jouer avec toi et partager un moment. Pour d’autres, la difficulté était plus au niveau de la barrière du langage, de la langue.

Il y a plusieurs points positifs comme la joie des enfants à jouer, à pratiquer des activités. Les familles entre elles forment une bonne atmosphère et les familles sont orientées vers un logement et un emploi après avoir obtenu l’asile ou encore après avoir appris la langue du pays. Nous pensons que l’accueil libre permet aux enfants d’être vraiment heureux de jouer avec peu et rien qu’une ficelle les occupent. Illes prenaient juste en compte ce qu’ils ont.

Après cette journée, on aimerait permettre aux publics de nos structures de partager des moments avec les enfants qu’on vient de rencontrer ou avec les enfants des camps de réfugié-es en France. On aimerait dans nos structures organiser des jeux linguistiques afin de les ouvrir et les intéresser aux différentes langues et cultures.

CEMEA Pays de la Loire - 15 bis allée du comandant Charcot - 44000 Nantes - 02 51 86 02 60 SPIP | réalisé et hébergé par les CEMÉA Pays de la Loire | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0