Accueil > Palestine > Palestine ici et ailleurs > Volontaires Palestine 2011 > Un vendredi à Jérusalem

Un vendredi à Jérusalem

Publié le samedi 13 août 2011

Vendredi 12 août, je suis allé à Jérusalem avec 6 autres personnes. Jérusalem est à 15 km de bethlehem. Le vendredi, jour de la prière, de nombreuses personnes souhaitent se rendre à la mosquée d’Al Aqsa pour prier.

Nous avons pris le bus qui fait la liaison Beit Jala – Al qods (Jérusalem), comme à chaque trajet, le bus s’arrête au chek point qui mène à la route réservé aux israèliens. Comme toujours, les palestiniens doivent sortir du bus, les militaires montent dedans et vérifient qu’il n’y a pas de palestinien à l’intérieur (excepté des personnes âgées). Encore une fois, ils demandent à des personnes de sortir, cette fois-ci c’était une amie, une palestinienne habitant actuellement en france et venue passer quelques jours avec un groupe de français en Cisjordanie. Ils la font donc sortir du bus et lui interdisent le passage. Nous retournons donc vers Bethlehem, direction le chek point.

Après 10 minutes de taxi, 10 minutes de marche à pied, nous arrivons au chek point et constatons :

  • qu’une file de plus de 500 m s’étend depuis le chekpoint
  • que pour l’occasion les militaires israèliens sont présents de ce côté du mur

Premier contrôle, deuxième contrôle, les militaires me demandent d’emprunter le chemin des plus vieux et de femmes, les hommes de moins de 50 ans doivent subir encore deux autres contrôle.

Arrivé à Jérusalem, la ville est rempli de groupe de policier, à tous les coins de rue, sur toutes les places.

Après avoir fait un petit tour de Jérusalem, nous nous dirigeons vers Silwan où nous rencontrons des habitants avec qui nous discutons de la situaiton puis qui nous emmènent dans le centre d’information de silwan : http://silwanic.net/.

Il nous explique différents aspect que prend la colonisation dans le quartier :

  • démolition de maison
  • incursion de la police dans le centre de jeunes et arrestations d’enfants ou de militaires
  • Rachat de maisons
  • Utilisation des fouilles pour légitimer la colonisation du quartier (ceci est d’ailleurs l’objet d’une lutte d’archéologue israèliens qui dénonce le processus de « faire des fouilles pour justifier une politique » plutôt que « faire des fouilles pour chercher »
  • changement du code de la route : mettre une route en sens unique, la route débouchant sur une colonie où les palestiniens n’ont pas le droit d’aller.

Plus d’information sur cette association : http://silwanic.net/

CEMEA Pays de la Loire - 15 bis allée du comandant Charcot - 44000 Nantes - 02 51 86 02 60 SPIP | réalisé et hébergé par les CEMÉA Pays de la Loire | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0