Accueil > Palestine > Formations à l’animation volontaire > Formation à l’animation volontaire Abu Dis (octobre - novembre (...) > Abu Dis 2

Abu Dis 2

Publié le lundi 28 octobre 2013

Réveil aux aurores, Atef passe nous prendre à 7h30 et nous dépose à la « gare des bus » d’El Azariyah (Béthanie) direction Jérusalem. Il faut imaginer que de la maison où nous logeons, nous voyons la Vieille Ville à portée de mains ou presque. Le Dôme des Mosquées est à deux kms à vol d’oiseau.

Avant la construction du Mur, il fallait un quart d’heure pour gagner le centre ville.
Aujourd’hui, il nous faudra une heure de bus et montrer patte blanche et visas en bonne et due forme à un check point. Pour nos amis palestiniens, le problème est réglé : IMPOSSIBLE, Al Quds est INACCESSIBLE.

Le bus nous pose devant la Porte de Damas. Nous traversons les souks de laVieille Ville qui est déjà bien animée, on ressort par la Porte De Jaffa pour grimper les étages de l’Hotel Imperial où nous avons rendez vous avec Michel Warchawski, juif israélien, fils de grand rabbin,membre fondateur de l’Alternative Formation Center, ancien journaliste et infatigable militant pour la paix.

Nous sommes en compagnie d’une soixante de Belges qui vont comme nous écouter Michel nous parler pendant près de deux heures de la colonisation. C’est un orateur captivant qui nous donne des clés historiques et géo-politiques pour mieux appréhender la réalité de la colonisation israélienne.

Une ballade en car vers le nord de Jérusalem illustrera ses propos de façon très réaliste : les traces historiques, le Mur, la prison ,les colonies, les routes ….. On en ressort plus intelligents,(est ce possible ? ) et une bonne première tranche de journée derrière nous.

Salade et grillades à la terrasse du Jérusalem Hôtel, c’était notre QG il y a deux ans (Grabs, tu te rappelles les mixed grills ? ) Puis tentative à l’Esplanade des Mosquées. C’est fermé, sans raisons, point barre ! Damned, encore raté ! On se rattrape avec le Mur des Lamentations où Josias et moi pleurons pour avoir une augmentation en secouant bien fort la tête Josias est mignon comme tout avec sa petite kippa, moi j’aimerais bien en avoir une avec dreadlocks incorporées …

Retour en bus à Abu Dis, on file au Centre Culturel pour un check des instruments A cette heure, il n’y a plus personne dans la place à part Sami qui nous accompagne dans l’ouverture des boites et étuis divers. C’est un peu déprimant : Entre les instruments qui n’ont jamais servi ( 2 trombones flambant neufs,3 clarinettes encore dans l’emballage) et ceux qui ont été utilisés sans l’attention nécessaire ( archets des violons H.S., guitare basse accordée à peu près un octave plus aigu : je ne vous dis pas la courbure du manche, guitares désaccordées , violon sans cordes, Tambourins sans peau …...
L’état de l’instrumentarium nous questionne. A travers cette question apparaissent tous les enjeux de notre présence .
Quelle partition se joue ici ? Pour quelle finalité ? Avec qui ?
On a du pain sur la planche et on passe le reste de la soirée à discuter tous les cinq des stratégies à adopter dans les jours à venir – et les mois à venir - pour aller dans le bon sens
Mais quel bon sens ?

C’est tout pour ce soir. La nuit appartient à chacun, demain sera un autre jour.

CEMEA Pays de la Loire - 15 bis allée du comandant Charcot - 44000 Nantes - 02 51 86 02 60 SPIP | réalisé et hébergé par les CEMÉA Pays de la Loire | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0